japanimation

Articles: 3
plz

Cure de jouvence compliquée pour Saint Seiya

Cure de jouvence compliquée pour Saint Seiya

S'il y a bien une série dont chaque nouvelle adaptation ou œuvre dérivée peut déchaîner les passions, c'est sans doute Saint Seiya.
Le manga de Masami Kurumada, démarré en 1986 et adapté pour la première fois en série animée par Toei Animation entre 1986 et 1989, s'offre en 2019 un retour sur le petit écran dans une adaptation en images de synthèse 3D (3DCG par la suite) co-produite par Netflix et Toei Animation.

Saint Seiya : Les Chevaliers du Zodiaque raconte l'histoire de Seiya, un jeune garçon souhaitant retrouver sa sœur dont il a été séparé pendant son enfance. Pour retrouver sa piste, il est contraint d'obtenir l'Armure de Pégase et de devenir un Chevalier, protecteur de la déesse Athena, réincarnée tous les 200 ans pour combattre les forces du mal.

Cette nouvelle série, composée de douze épisodes de vingt-trois minutes, reprend avec beaucoup de libertés le scénario original et couvre

Lire la suite

Cheveux courts et cœurs brisés

Cheveux courts et cœurs brisés

De Monogatari à Your Name en passant par The Flower We Saw That Day, il n'est pas vraiment compliqué de trouver dans l'animation japonaise des exemples de personnages féminins dont l'apparence change radicalement grâce à quelques coups de ciseaux.
Si parfois quelques lignes de dialogue l'explicitent, souvent le symbolisme lié à la taille des cheveux est perdu par manque de contexte culturel.

D'un point de vue cinématographique, le symbole est un outil puissant. Il permet d'instiller en un clin d'œil une idée dans l'esprit du spectateur.
Rien de mieux, donc, qu'une tradition séculaire ancrée dans l'inconscient collectif pour faire comprendre rapidement et sans un mot l'état d'esprit d'un personnage.

Il faut remonter au moins jusqu'à la période Tokugawa pour trouver l'origine symbolique de la coupe des cheveux longs. Pendant cette période les samurais portaient une sorte de chignon rabattu sur le sommet du crâne appelé chonmage. Servant à l'origine à

Lire la suite

Je veux me lier, mais…

Je veux me lier, mais…

Principalement connu en occident pour son travail sur Sailor Moon et sa série Revolutionary Girl Utena, Kunihiko Ikuhara revient en 2019 après plusieures années de silence avec une courte série de 11 épisodes : Sarazanmai.

Sarazanmai (littérallement, trois assiettes) suit la vie de trois collégiens, Kazuki, Enta et Toi, après qu'ils aient accidentellement détruit la statue à l'effigie d'un kappa, gardienne du quartier où ils vivent.
Cette destruction entraîne la libération de Keppi, prince du royaume kappa, qui ne tarde pas à transformer les trois garçons eux-mêmes en kappas et à les embarquer dans son combat contre les kappa-zombies.

Pour vaincre ces zombies, ils devront extraire leur shirikodama (littérallement, balle des fesses), un organe mytique situé dans l'anus des humains et contenant leur âme et leurs désirs. Une fois la balle récupérée, les trois garçons doivent se connecter mentalement et faire le son magique "sarazanmai" afin que Keppi puisse avaler le

Lire la suite