Cheveux courts et cœurs brisés

Cheveux courts et cœurs brisés

De Monogatari à Your Name en passant par The Flower We Saw That Day, il n'est pas vraiment compliqué de trouver dans l'animation japonaise des exemples de personnages féminins dont l'apparence change radicalement grâce à quelques coups de ciseaux.
Si parfois quelques lignes de dialogue l'explicitent, souvent le symbolisme lié à la taille des cheveux est perdu par manque de contexte culturel.

D'un point de vue cinématographique, le symbole est un outil puissant. Il permet d'instiller en un clin d'œil une idée dans l'esprit du spectateur.
Rien de mieux, donc, qu'une tradition séculaire ancrée dans l'inconscient collectif pour faire comprendre rapidement et sans un mot l'état d'esprit d'un personnage.

Il faut remonter au moins jusqu'à la période Tokugawa pour trouver l'origine symbolique de la coupe des cheveux longs. Pendant cette période les samurais portaient une sorte de chignon rabattu sur le sommet du crâne appelé chonmage. Servant à l'origine à supporter leurs casques sur le champ de bataille, cette coiffure facilement reconnaissable était aussi un signe de statut social et, un samurai qui abandonnait son statut se devait aussi de couper son chonmage.
La taille des cheveux longs devint à ce moment le signe d'un changement radical dans la vie d'une personne, l'abandon de ses privilèges, la fin d'une période et le début d'une autre.

En avançant de quelques siècles on comprend pourquoi ce symbole, dans la fiction, s'applique maintenant en général au femmes. Statistiquement, beaucoup plus de personnages féminins sont représentés avec les cheveux longs.
De plus la société japonaise a depuis longtemps un rapport particulier avec la chevelure féminine. L'expression 「髪は女の命, les cheveux d'une femme sont sa vie」 le résume d'ailleurs mieux que bien des explications.

Dans la fiction, couper ses cheveux de façon drastique est donc pour une femme le signe d'un changement majeur dans sa vie, très souvent sur le plan amoureux.
C'est une manière de montrer que le personnage entre dans une nouvelle période de sa vie et s'apprête à devenir un nouveau soi. Cette transformation n'est pas subie ; le personnage en est le déclencheur ainsi que l'acteur, fort et volontaire. Enfin, à l'écran cette volonté prends en plus corps physiquement en modifiant l'apparence du personnage et donc, la façon dont le monde le perçoit.

Un acte banal et perçu, au mieux, comme un cliché à travers notre vision occidentale peut donc être en réalité un ressort cinématographique puissant de l'autre côté du monde. Un exemple parmi d'autres que le contexte culturel influe grandement sur la compréhension de certains détails d'une fiction.

Afficher les commentaires